- Focus géographique 2024 -
EUR♀ VISIONS

Femmes européennes à la caméra

Le public clermontois a pour habitude, chaque année, d’embarquer dans un voyage vers un pays à travers notre rétrospective géographique. Il y (re)découvre une culture, un ton, des histoires du bout du monde à travers des courts métrages inédits ou des coups de cœur passés. Depuis quelques années et l’annonce de la candidature de notre ville, Clermont-Ferrand s’est mise à l’heure européenne. Le festival a décidé lui aussi de rentrer dans la danse, et ce n’est pas un pays mais un continent entier que nous pourrons parcourir pour ce focus 2024. Et puisque notre rétrospective thématique sera cette année consacrée aux figures féminines fortes, nous nous sommes dit que l’Europe au féminin, ça sonnait bien.

22 films, 24 réalisatrices, 25 pays. Les plus attentif·ve·s remarqueront que le Royaume-Uni et la Suisse sont venus s’ajouter aux 20 pays membres de l’Union européenne présents dans ce focus. Ce n’est pas une Europe politique ou une Europe géographique que nous avons choisi de mettre à l’honneur cette année, mais une Europe culturelle. Le cinéma européen a toujours été le témoin d’un monde qui change, qui bouge, et qui parfois devient monstrueux et grotesque. Ces questions sont au cœur du cinéma de Corina Schwingruber Ilić, réalisatrice suisse. Son film All Inclusive torpille les travers consuméristes de la société actuelle avec un regard plein d’humour. Mais c’est aussi dans son esthétique que le cinéma européen se transforme, expérimente, faisant dialoguer le fond et la forme. Dans Love, Dad (primé en 2022), Diana Cam Van Nguyen use des mots et des images pour tenter de reconstruire une relation perdue avec son père.

Si le court métrage peut être considéré comme plus paritaire que son grand frère le long, il n’en est pas moins toujours plus difficile pour les cinéastes de se faire voir, entendre et comprendre par le public. Clermont leur offre cette année le devant de la scène, et donne à voir un cinéma de genres, au pluriel. Le genre cinématographique d’abord : dans Kaksi Ruumista Rannalla (Deux corps nus sur une plage), la réalisatrice Anna Paavilainen convoque un imaginaire commun, des visions entre poésie et cauchemars de Lynch aux grands films de guerre et d’action. Entre deux genres, celui du conte de fées trop parfait et de la comédie, il n’y a qu’un pas dans Son Altesse Protocole (prix de la presse Télérama 2022). Mais c’est surtout le genre humain qui se retrouve dans chacun des films de ce focus. Une plongée dans l’intime et l’universel, des films tournés vers soi et vers les autres, d’une génération à l’autre. Babičino Seksualno Življenje (La Vie sexuelle de mamie), fiction animée d’Urška Djukić et Émilie Pigeard, explore la vie d'une grand-mère, entre rires et larmes. Le film joue de tendresse, illustrant les souvenirs et les petits secrets qui rendent chaque individu. Mais parfois la solution vient de l’extérieur : dans le tout en tension Une sœur (inédit au festival, et que vous pourrez également retrouver en section Polar cette année), une opératrice téléphonique reçoit un étrange appel qui va changer sa vie et celle de la femme au bout du fil.

Alors, qu’importe si Clermont est couronnée capitale européenne de la Culture : elle est déjà la reine du court européen chaque année, au cœur de l’hiver. Et nous le fêterons comme il se doit en février 2024 avec vous !

Stats-Euro Visions-transparent

- Rétrospective thématique 2024 -
INSOUMISES

Portraits de femmes indociles

Depuis la nuit des temps, les femmes...*

En 2022, le film fleuve de Chantal Akerman, Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce, 1080 Bruxelles a pris la tête du classement de Sight and Sound des 100 meilleurs films. C’est la première fois qu’une réalisatrice se hisse en tête du classement, et ce n’est pas rien. Comme un écho à la vague #MeToo, les femmes semblent enfin être reconsidérées, aussi bien devant que derrière la caméra. À l’initiative de cette rétrospective, nous défendons l’envie de montrer des portraits de femmes fortes au cœur des films, loin des figures de ménagères ou femmes-objets.

La sororité d’abord, ce rapport égalitaire, outil de puissance et de ralliement, sera mise en lumière avec un film fondateur et précieux document d’archive, Y a qu’à pas baiser ! réalisé par Carole Roussopoulos en 1971. Il y est aussi question de l’émancipation, celle qui passe par le corps, sa découverte et sa réappropriation. Thématique également explorée dans L’Amérique de la femme et Kleptomami, où l’on aborde la sexualité de manière frontale ou les invasions physiques et autres injonctions de la maternité. Nous parlerons aussi de femmes nées dans la mauvaise enveloppe, à l’instar de Shin-mi dans God’s Daughter Dances. D’autres s’approprient pleinement leur corps pour en vivre : les travailleuses du sexe. Dans Un jour bien ordinaire, Ovidie et Corentin Coëplet nous présentent un univers dystopique révélateur, tandis que dans Je les aime tous, Corinne Masiero incarne l’écrivaine, peintresse et prostituée suisse Grisélidis Réal.

Expérience à part : chaque programme commencera avec un court métrage de la série H24, produite par Arte, qui nous invite à nous glisser dans la peau de femmes d’aujourd’hui.

Présenter des portraits de femmes induit aussi d'aborder ce qui les contraint, car même si ce corpus comprend une majorité de figures positives et battantes, nous n’oublions pas celles pour qui le combat semble encore impensable. Comme les nageuses iraniennes de Beach Flags privées de bassin par une certaine interprétation de la loi coranique, la petite Aïda, de Maman(s), qui endure la charge si pesante des traditions contre lesquelles elle ne peut rien, pour l’instant. Ou encore l’héroïne de Egúngún qui a fait le choix de partir pour enfin devenir elle-même, ailleurs, loin.

Il y a l’émancipation, fulgurante ou tout en douceur, avec Olla, Sacha et Mélissa, trois femmes avec les pieds sur terre, le ring ou le dancefloor qui nous laissent une impression similaire : un ras-le-bol doublé d’une envie de révolte. Et si on pousse les curseurs de l’insurrection au maximum, on se heurte à La Dragonne, qui sera la vengeance et la réponse à tous ceux qui ont oublié la notion de consentement en alpaguant des femmes dans la rue.

 

Entrez dans le bal des ardentes, voici les portraits de femmes en feu.


* Extrait des paroles de l’hymne du MLF (Mouvement de libération des femmes).

Stats-Insoumises-transparent

- Panorama 2024 -
Les autres programmes

"Je finirai en prison" de/by Alexandre Dostie (Canada, 2019)
"Je finirai en prison" de/by Alexandre Dostie (Canada, 2019)

Polar

Dans l’esprit de la rétrospective thématique, ce programme Polar présentera cinq films portés par des protagonistes féminines des quatre coins du monde.

Accablée par un mari rustre, engluée dans l’ennui, prise en otage, vengeresse ou sauveuse, ces femmes nous permettront de passer, en une heure et demi, d’un huis clos tendu et anxiogène à une comédie noire sur fond de neige ensanglantée.

La Chica - "Oasis" de/by Marion Castéra (France, 2023)
La Chica - "Oasis" de/by Marion Castéra (France, 2023)

Décibels !

Des programmes pour contenter et rassembler les amateur·rice·s de musique et de cinéma. Inventivité, poésie et précision technique sont au cœur de ces créations, avec des réalisateur·rice·s au sommet de leur art où univers visuel et musical fusionnent et crèvent l’écran.

Au programme : Björk, Kim Gordon, La Chica, L'Impératrice, PJ Harvey, Lana del Rey, Chai, Fever Ray ou encore les Pussy Riot.

"Cut Me If You Can" de/by Nicolas Polixene & Sylvain Loubet dit Gajol (France, États-Unis, 2023)
"Cut Me If You Can" de/by Nicolas Polixene & Sylvain Loubet dit Gajol (France, États-Unis, 2023)

Bloody Girls

Cette séance offrira une sélection de films sanglants qui permettra aux festivalier·e·s fans de sensations fortes de rencontrer des (anti-)héroïnes très en colère et pas franchement commodes. Finie, la figure de la jeune fille innocente : cascade d'hémoglobine en vue, l'heure de la vengeance a sonné !

"Christiane et Monique - LIP V", Carole Roussopoulos - Vidéo Out, 1976 / Centre audiovisuel Simone de Beauvoir
"Christiane et Monique - LIP V", Carole Roussopoulos - Vidéo Out, 1976 / Centre audiovisuel Simone de Beauvoir

Court d'histoire
La lutte exemplaire des ouvrières de LIP

Court d’Histoire, c’est une projection unique, d’un ou plusieurs courts métrages, accompagnée d’une conférence donnée par un·e intervenant·e.

La thématique de cette édition sera en rapport direct avec la rétrospective thématique du festival. Aussi, le choix s’est arrêté sur la lutte exemplaire des ouvrières de Lip dont nous commémorons cette année le 50e anniversaire de la grande grève de 1973. À cette occasion et durant plusieurs années, la réalisatrice suisse Carole Roussopoulos a suivi plusieurs femmes ayant eu un rôle important dans cette période.

Deux films de cette réalisatrice seront présentés :

  • Monique - Lip I réalisé en 1973
  • Christiane et Monique - Lip V réalisé en 1976

Entre les deux périodes, les situations ont évolué et les consciences se sont affermies, ouvrant la voie à un féminisme que l’on ne qualifiait pas encore dans cette période d’intersectionnel.

Hélène Fléckinger, historienne du cinéma et de la vidéo légère, maitresse de conférences en études cinématographiques à l'Université Paris 8, donnera une conférence à la suite de la projection.

"Mademoiselle Kiki et les Montparnos" de/by Amélie Harrault (France, 2012)
"Mademoiselle Kiki et les Montparnos" de/by Amélie Harrault (France, 2012)

Collections : l'Agence du court métrage fête ses 40 ans

Dans le cadre des 40 ans de l’Agence du court métrage, nous avons, dans l’esprit de la rétrospective thématique, imaginé et co-construit un programme de 5 films "anniversaire" autour de portraits féminins forts, des courts métrages français couvrant une période s’étendant de 1987 à 2019.

"Le Moment de Grâce" de/by Amanda Beauville-Diouf, Julie Escaffre, Elyes Ibourichene, Valentin Lasuye, Diaba Touré (France, 2023)
"Le Moment de Grâce" de/by Amanda Beauville-Diouf, Julie Escaffre, Elyes Ibourichene, Valentin Lasuye, Diaba Touré (France, 2023)

École de cinéma invitée

Programme KOURT1 : Kourtrajgirlz

En 1995, Kim Chapiron, Romain Gavras et Toumani Sangaré inventent Kourtrajmé, fabrique de petits films punks - qu’ils viennent montrer à Clermont dans un beau bordel.

Presque 30 ans plus tard, l’école initiée par leur comparse Ladj Ly présente deux programmes de courts, nés des sessions Cinéma - et réalisés à 6 ! - ou sortis d’autres dispositifs. Le programme KOURT 1 intitulé Kourtrajgirlz met à l’honneur des parcours de femmes, personnages en lutte, autrices ou actrices des films, à travers 6 courts métrages produits des quatre dernières années.

- Panorama 2024 -
Activités et rencontres

AVANT LE FESTIVAL (à Clermont-Ferrand)

Au centre de documentation de La Jetée

Dans le cadre du Mois du film documentaire en novembre 2023 et pour faire le lien avec ce panorama présenté au festival lors de l'édition 2024, le centre de documentation de La Jetée proposera pas moins de neuf projections-rencontres autour de figures de femmes et de nombreuses activités pour éveiller notre curiosité.

À La Comédie de Clermont scène nationale

La Fondation d’entreprise Hermès et La Comédie présentent le festival Transforme –Clermont-Ferrand. Une programmation de 5 spectacles pluridisciplinaires écrits, mis en scène ou chorégraphiés par des femmes qui renouvellent les savoir-faire liés aux arts de la scène et notre perception du monde qui nous entoure.

PENDANT LE FESTIVAL

Des expositions

Retrouvez la traditionnelle exposition thématique menée par les artistes clermontois·es à la Chapelle des Cordeliers du 29 janvier au 17 février : Remarquables ! reviendra sur la rétrospective Insoumises.

Des cinéastes invité·e·s

Des réalisatrices et réalisateurs de nombreux programmes composant l'ensemble de ce volet Panorama seront présent·e·s sur le festival, vous aurez l'occasion de les rencontrer avant les projections de leurs films et organiserons des rencontres avec elles et eux.

Un corner d'organismes de promotion et de visibilité pour les femmes dans l'industrie

Le Marché du Film Court accueillera un stand dédié aux organisations européennes qui travaillent à la visibilité et l’employabilité des femmes dans le secteur audiovisuel.

Des cours de self-défense

"Il nous faut ce réflexe,
Quand c'est une femme qui crie,
De sauver notre espèce,
Qu'elle soit transgenre ou cis"

Pour répondre à l'appel scandé par Déborah Lukumuena sous la plume de Jo Güstin dans l'épisode 12h - Le Cri défendu de la série H24, nous vous proposons deux sessions de cours d'autodéfense (krav maga) encadrées par Jean Bulhon (Instagram : @jb_kravmaga), exclusivement réservées aux femmes.

Activité gratuite, réservation obligatoire

Une journée "flash tattoo"*

Journée portes ouverte au shop La Main Occulte : venez découvrir le travail de 6 tatoueur·se·s bassé·e·s à Clermont et vous laisser "encrer".
Vous pourrez repartir avec un tattoo sur le thème du cinéma !

Premier·e arrivé·e, premier·e servi·e !

*Le flash en tatouage est tout dessin préparé à l'avance pour les client·e·s et prêt à être tatoué tel quel.

Shop La Main Occulte
39 rue Saint-Dominique
Sans rendez-vous
À partir de 90€

Un forum associatif

Plusieurs associations clermontoises féministes et solidaires de la cause des femmes tiendront des stands dans le hall de la Maison de la culture. Venez les rencontrer et discuter avec les bénévoles.

Des rencontres et débats

Ces programmations seront également l’occasion d’aborder de nombreux sujets associés à la place des femmes dans l’industrie : le regard féminin au cinéma, un état des lieux des sujets et enjeux de parité dans l’industrie française et européenne, le documentaire au féminin, masterclass, etc.

Des séances de rencontres-dédicaces
à la librairie Les Volcans

Blandine Lenoir, réalisatrice de Annie Colère et L'Amérique de la femme
Nathalie Masduraud & Valérie Urrea,
créatrices et réalisatrices de la série H24
(Rétrospective INSOUMISES)

D'autres rencontres à venir

Une projection de long métrage

À l'occasion de sa présence dans le cadre de la rétrospective Insoumises, la réalisatrice Blandine Lenoir viendra accompagner la projection de son dernier long métrage Annie Colère : la séance sera suivie d'une discussion avec la réalisatrice.

Cinéma Le Rio
178 rue Sous-Les-Vignes
Clermont-Ferrand
Entrée sur billetterie du cinéma (hors festival)

Le Dark Lab version féminine

Comme en 2023, le Lieu-dit sera le bar festif du festival et accueillera le "off du court" durant toute la semaine, le temps d'adopter le nom et les couleurs du Dark Lab.
Au programme : (ciné-)concerts, DJ sets, karoké, arts visuels et bar chill.

Tarif unique : 5€/soir
Le Lieu-dit
10 rue Fontgiève
63000 Clermont-Ferrand

OUVERTURE
avec l'association clermontoise Sironastra qui met les ghouls à l'honneur

Découvrez l’univers Sironastra, où chacun·e est libre d’exprimer son art et son identité. Mettant en avant des artistes féminin·e·s/féministes/queer dans les cultures alternatives, l’association met un point d’honneur à célébrer la diversité dans le respect de tou.te.s
Pour l’ouverture officielle des soirées Dark Lab, vous êtes donc macabrement invité·e·s à enflammer la piste de danse lors de cette nuit de concerts
et DJ Set.

CONCERTS GIRLS POWER
Leilå + Swane Vieira + Anzù
(gagnantes du tremplin Pulsations du CROUS Clermont Auvergne 2023)

PAR.SEK
DJ set de Sarah Palmer B2BT3MIE

KARAOKÉ EUROPÉEN
Faites chauffer les cordes vocales et révisez vos gammes !

Un concert d'Irène Drésel

Sous une pluie de roses et des cascades de fleurs, la techno d’Irène Drésel est aussi sensuelle que frontale, aussi spatiale qu’organique. Membre du jury labo, l'artiste singulière et rayonnante est la première femme de l’histoire à recevoir le César de la Meilleure Musique Originale pour le film À Plein Temps d’Eric Gravel.

... Et de nombreuses autres belles rencontres en cours de construction.
Nous vous tiendrons informé·e·s sur cette page.

APRÈS LE FESTIVAL

Thématique-Insoumises-affiche

Un programme
"clés en main"

Que vous soyez une association, un exploitant de cinéma ou une collectivité territoriale, nous sommes à votre écoute pour préparer vos séances, pour une reprise du festival ou accompagner vos projets.

Toute l’année, que ce soit à travers des programmes ou en première partie, vous pouvez retrouver les séances de courts métrages que nous organisons sur l’ensemble de notre territoire via notre opération de diffusion Circuit court.

Nous vous proposons un programme spécial Insoumises à découvrir en salles dès la fin du prochain festival, à compter du 11 février 2024.

N'hésitez pas à nous contacter et à nous solliciter afin de faire vivre au plus grand nombre l'émotion du festival !

Contacts

FOCUS GÉOGRAPHIQUE 2024
EUR♀ VISIONS - Femmes européennes à la caméra

RÉTROSPECTIVE THÉMATIQUE 2024
INSOUMISES - Portraits de femmes indociles